EXTRA-EDU
10 THÈMES
9. “Travaux imbéciles”

René Magritte, Primevère, 1926
"L'art appliqué tue l'art pur. [...] pour vivre, beaucoup d'artistes dépensent le meilleur de leur temps, s'anémient à la production d'objets d'art appliqué qui se vendent à grande échelle. Ces œuvres médiocres rassasient médiocrement le besoin esthétique de l'humanité, qui se désintéresse de ce fait, des productions d'art pur de ces mêmes artistes, à tel point qu'elles sont invendables. L'artiste doit vivre du produit de son travail."
Au début de sa carrière, Magritte adoptait un point de vue particulièrement radical face à l'art commercial. Pourtant il réalisera de nombreux "travaux imbéciles" comme il surnommait ce type de réalisation jusqu'à la fin de sa vie. Le premier témoin de cette production est l'affiche publicitaire pour les bouillons Pot au feu Derbaix (1918) ; le dernier, créé en 1966, est L'oiseau de ciel pour la compagnie aérienne belge Sabena. À l'instar de nombreux autres artistes, Magritte réalisait ce type de travaux pour subvenir à ses besoins. Dans les années 1920-1930, Magritte dessine des couvertures de partitions de musique pour l'Art belge et les Éditions modernes. La plupart sont signées soit de son nom propre, soit du pseudonyme "Emair" reprenant phonétiquement ses initiales. De 1921 à 1924, Magritte est engagé à l'usine Peters-Lacroix de Haren pour laquelle il crée des motifs de papier peint en compagnie du peintre Victor Servranckx. Durant cette période, on constate un changement dans sa façon de travailler : petit à petit, il abandonne l'art abstrait pour des motifs figuratifs. Quant aux créations qu'il a dessinées entre 1924 et 1926 pour la maison de couture Norine, elle sont au départ, fort proches du style cubo-futuriste qu'il pratiquait alors dans sa peinture. Ensuite, vont apparaître des éléments surréalistes issus de son répertoire pictural. Dans Couture Norine par exemple, les bras et la tête du mannequin sont remplacés par des fragments d'automates. Dans Primevère, Magritte utilise le thème du rideau. Dans le deuxième catalogue pour le fourreur bruxellois Samuel, les mannequins se situent dans un décor composé de balustres, grelots et tentures. Vers la fin de sa période parisienne (1927-1930), le besoin financier se faisant grand, Magritte retourne à Bruxelles et s'installe à Jette où il fonde une petite société avec son frère Paul. Situé au fond du jardin, le Studio Dongo produisait des affiches publicitaires, des étalages et des catalogues. Comme c'est le cas pour les titres des tableaux de Magritte, le nom Studio Dongo est emprunté à la littérature. Il fait en effet référence au protagoniste de La Chartreuse de Parme de Stendhal : Fabrice del Dongo.
Dans ses "travaux imbéciles", Magritte ne s'adresse pas uniquement aux amateurs d'art mais aussi à un public plus vaste pour lequel il adapte son style. Toutefois, après la deuxième guerre mondiale, les rapports entre ses productions commerciales et artistiques se resserrent nettement comme le montrent ses créations de 1946 pour Exciting Perfumes by MEM. Dans cette publicité, des troncs d'arbre sont pourvus de volets laissant apparaître des flacons de parfums. Un autre flacon disproportionné se dresse sur un sol nu en bois avec quelques automates et une rose pour seule compagne !
M.P.