EXTRA-EDU
10 THÈMES
3. M le Mystérieux...

René Magritte, Dieu n'est pas un saint, ca. 1935-1936
Dans le Cahier de la psychanalyse n° 90, Carl Gustav Jung signale que le mot mystère dérive du mot grec "muein": tenir les lèvres fermées. Le mystère appartient à l'ordre de l'indicible. Il est donc au-delà de tout discours logique. Le silence - qui règne en maître dans les œuvres de Magritte - devient ainsi l'expression poétique du mystère.
Ce silence, comme expression du mystère, s'empare également du spectateur qui, face aux œuvres de Magritte, est amené à interroger une image dont le sens lui échappe. Par son refus de toute interprétation symbolique et ses titres énigmatiques donnés a posteriori par le peintre ou ses amis, Magritte maintient nos lèvres closes : "Il n'y a pas de mystère explicable dans ma peinture [...] Le Pourquoi ? n'est pas une question sérieuse"
Selon Magritte, sa peinture évoque le mystère du monde. Pour le révéler, l'artiste procède souvent à une collision de deux objets qui, du réel auxquels ils appartiennent, nous amène au rêve; du visible à l'invisible.
Le visible et l'invisible... Toute l'œuvre de Magritte tourne autour de ces deux notions. Ses images tentent de rendre visible l'invisible. Le visible est le monde apparent et l'invisible, pour Magritte, n'est pas un "visible caché", mais une possibilité contenue dans le visible. Le mystère fait donc partie de la réalité et celle-ci ne peut exister sans lui : "Le mystère est la nécessité absolue pour que l'existence soit possible".
Dans cette perspective, comment appréhender le réel ? Comment le connaître ? Pour Magritte, il s'agit d'une Tentative de l'impossible. On ne peut, en effet, connaître le réel de manière objective. Nous sommes à la fois déroutés par nos sens, instruments perceptifs imparfaits ou par les conventions sociales. Le seul moyen d'y accéder et de le comprendre ne serait-il pas la poésie? Elle seule "détient le pouvoir de nous surprendre et de nous enchanter". Elle seule rend visible le mystère et propose une nouvelle vision du monde dans laquelle le spectateur retrouve son isolement et "entend le silence du monde".
C.A.